Van Gogh au Borinage : des oeuvres prêtées pour un rendu magnifique à Mons

23 jan 2015
article de: 
.

Ce 22 janvier dernier, le BAM présentait l’exposition Van Gogh au Borinage. La naissance d’un artiste dans le cadre d’une soirée dédiée aux prêteurs des différentes œuvres qui seront mises à l’honneur jusqu’au 17 mai prochain. Cette exposition compte plus de 70 toiles et dessins en provenance notamment des musées Van Gogh et Kröller Müller, et de collections internationales.

Plus qu’une célébration du retour du fils prodigue en terre du Dragon, les prêteurs, politiques, responsables et les invités ont manifesté leurs enthousiasmes pour l’ensemble du projet Mons 2015. Comme Caroline Dumoulin, chargée de mission pour le pôle muséal l’explique : « Plusieurs personnes ayant travaillé sur l’exposition sont intéressées par la ville, elles souhaitent la découvrir. Certaines d’entre elles vont même passer tout un weekend à Mons. Dans ce sens-là, c’est un levier économique. » 

Pour eux, il va de soi que cette exposition, et de manière générale, le projet 2015, vont favoriser le développement du tissu socio-économique et de la vie culturelle montoise. En ce sens, Elio Di Rupo nous précise : « Notre objectif, c’est la dimension culturelle, mais au-delà de cela, c’est vraiment d’attirer l’attention des artistes, des investisseurs, des entrepreneurs qui souhaitent trouver de l’espace pour créer leurs activités. Nous, ce dont on a le plus besoin, c’est de l’activité, de l’emploi et de la création de richesse. Avoir une exposition aussi prestigieuse que celle de Van Gogh au Borinage constitue des éléments absolument formidables de développement et de stimulations économiques et sociales. » Ce retour de Van Gogh sur les terres qui l’ont façonné aura des répercussions positives à différents niveaux sur l’ensemble du Borinage. 

D’autres encore, comme Eric Hemeleers, administrateur délégué chez Léon Eeckman Art Insurance et Président de Prométhéa, insistent sur les valeurs de la ville et ses habitants comme garant de ce succès économique et sociale : « Il faut souhaiter à Mons d’arriver à construire une Capitale Européenne de la Culture qui soit à son image, avec ses valeurs. Et tout a été mis en place pour y arriver. Parce que si l’évènement est cohérent par rapport aux valeurs de Mons dans les messages européens, les investisseurs et les entrepreneurs ne vont pas se tromper. Ils vont voir la vraie identité, ils ne vont pas avoir l’impression d’une mystification où on leur jette de la poudre aux yeux. Pour l’après Mons 2015, si le message envoyé est vraie, on recevra une réponse positive à long terme. »

Avant même de penser à l’après Mons 2015, n’oublions  pas que, cette année, Van Gogh est montois et qu’il a hâte de retrouver les habitants de ce Borinage qui ont tant inspiré ces œuvres.

Benjamin Delautre (St.)